orpiment

J.G. Folivéli

Belgique

Né à Bordeaux, s’expatrie en Belgique en 2011 pour étudier la bande dessinée à L’ESA Saint-Luc, à Liège

Il continue avec un master en BD à l’Académie des Beaux-Arts de Liège de 2014 à 2016, suivi d’une agrégation de l’enseignement secondaire supérieur en arts plastiques l’année suivante.

Depuis, il lit, écrit, dessine, compose, sculpte, enseigne et prépare des projets pour la micro-maison d’édition Carillon, qu’il a cofondé avec Lara Capraro, illustratrice, en 2017.

Retrouvez J.G. Folivéli sur son Instagram / Facebook

De jeunes femmes et de jeunes hommes, allongés, étirés, souvent androgynes.

Un travail de précision entre le blanc et le noir. Je suis fasciné par la sculpture et l’orfèvrerie, et j’essaie tant bien que mal d’emmener de la matière dans la chair de la feuille sur laquelle va se graver le dessin, réalisé sans esquisse.
Ce serait tricher de procéder autrement et de toute manière, avec un crayonné, il n’y aurait pas assez d’enjeu, pas assez de contrainte. Le but est de sculpter la feuille.

Le rotring est un stylo technique, horriblement mécanique, dont se servaient les architectes pour réaliser leurs plans, et je me suis rendu compte, à force de l’utiliser, qu’il y avait moyen de le pervertir.
Un tracé de rotring sur une feuille de papier bristol, c’est comme une brisure dans du marbre.
Le bristol a la particularité d’être un papier industriel épais, extrêmement blanc et lisse. Avec une pression adéquate, la mine du rotring y grave tout en déposant l’encre. Il en ressort un velouté dans le noir de l’encre et un léger effet bas-relief.

Ces dessins révèlent également un très grand désir de pureté. Ce sont des êtres qui ont été humain, mais qui sont en transition, qui sont en transmigration.
Ils vont vers les nuages, ils deviennent de l’eau – une partie d’eux-mêmes forme un dépôt minéral, s’apparente à la pierre, qui deviendra poussière, l’autre s’évapore dans l’atmosphère et ne laisse plus de trace. C’est l’instant de la dissolution de la conscience d’une personnalité, d’un être humain, avec ses pulsions, ses désirs, ses espoirs et ses craintes, dans ce grand ensemble qu’est le Monde.

A propos de mon style, c’est une hybridation étrange d’influences très contradictoires, pour citer les principales : d’une part l’art roman, Albrecht Dürer, William Blake, le dessin en écriture de Jean Cocteau, Leonor Fini, les dessins de presse de Siné et Wolinski et les mangas Shôjo, de l’autre la musique contemporaine, notamment américaine, minimaliste et post-minimaliste (Steve Reich, David Lang, Caroline Shaw…).

Si je me focalise pour l’instant sur la bande dessinée et l’illustration, je ne mets pas de barrière entre les moyens d’expression.

Tous mes travaux sont marqués par le non-humain. J’ai grandi dans le Quercy, une région préservée et très peu peuplée du Sud-Ouest de la France, dans une atmosphère de concentration et de silence, où les églises romanes désertées, les jeunes forêts, les vallées, les ruisseaux, le vent et le soleil ont longtemps formé pour moi le seul monde connu tangible.

Tout le reste, ces histoires humaines, dans les livres, à la télé, puis sur ordinateur, c’était vaporeux, virtuel, d’une existence douteuse.

Je cherche à donner la parole à ce qui n’en a pas.

Transmettre cette empathie que j’ai toujours eue pour les choses, m’identifier à elles, effacer la barrière imaginaire nature/humanité, sans tomber dans des grossièretés New-age qui occultent la froideur du monde.

PALMARES

Expositions:
• Exposition collective Babel, bibliothèque du séminaire de Liège, 2016
• Exposition collective Babel, bibliothèque de Libramont, 2016
• Exposition personnelle, restaurant d’art Le Casse du Siècle, Liège, 2016
• Exposition collective, Enseigne du Commissaire Maigret, Liège, 2013
• Exposition A Corps Perdus, sur le thème des assassinats politiques, Archéoforum de Liège, 2013

Publications:
• En ligne, sur le site Grandpapier, tenu par la maison d’édition l’Employé du Moi, depuis juillet 2018
• Page 1 n°3, édité par la Fédération Wallonie-Bruxelles, 2013
• Catalogue d’exposition – A Corps Perdus, 2013
• Multiples fanzines et micro-éditions (2011-)

Festivals:
• Lucha Libre Artistik, La Zone, 2018
• 6ème festival du fanzine, de la sérigraphie et du D.I.Y. de La Zone, exposant avec les éditions Carillons, 2017

in ut elit. lectus sit leo nec odio ultricies accumsan Lorem