orpiment

Valentine De Cordier

Valentine DE CORDIER : artiste plasticienne belge, vit et crée à Bruxelles. Illustratrice de formation, peintre spontanée, dessinatrice et créatrice de textiles. Son quotidien fourmille de signes et de couleurs qu’elle transpose librement sur papiers japonais marouflés sur toile, au gré de ses humeurs et déambulations. Expose depuis 1998.

La peinture de Valentine Cordier offre de multiples possibilités, une infinité d’interprétations à explorer.

Un jardin flamboyant, des cieux aux perturbations harmonieuses… De la terre aux firmaments, l’artiste recrée son propre monde. Sa composition prolifère dans une explosion éternelle de couleur. La palette vive et chaleureuse ou à dominante plus obscure témoigne de son attrait pour la couleur.

Dans une mutation constante, le trait laisse deviner des liaisons inattendues; quelques lettres, certains chiffres se mêlent et s’entremêlent aux pétales abondants. Les détails se lient aux possibilités de récits entre apparitions souhaitées et disparitions librement accidentées. Dans cet espace aussi réel que fictionnel, l’artiste joue avec la tentation du motif, de la volute, du cercle, entre le détail et le tout.

Retrouvez Valentine De Cordier sur son site internet

S’ÉLEVER AUX SIGNES

Arrimées à un sens général, que condense leur titre, les toiles de Valentine De Cordier accueillent une nébuleuse de signes colorés, sans signification explicite, ne représentant qu’eux- mêmes, hors codes connus. Ils sont pourtant les vecteurs d’atmosphères, de sensations, de concepts – dans leurs interstices comme à l’épiphanie de leur plénitude.

Une phénoménologie illustrée, assortie de concrétude légère, d’immersion au cœur des apparences. Où tout est fixé, certes, mais où tout se meut.

Tantôt bruts voire évanescents, tantôt volatils, proches parfois de l’effacement, les signes trament l’œuvre, l’arpentent et, essentiellement, l’ouvrent.
Penser l’ouvert, nourrir le multiple, voilà qui s’applique sans peine à la démarche de Valentine De Cordier. Elle en ramasse et effiloche le substrat jusqu’à la jubilation, le détachement et le dilemme entre ludique et méditatif.

Harmoniques des sons, répons du verbe, remuements autour d’une germination magnétique, radieuse, dont le déploiement émancipe une part d’infini.

Pierre Tréfois

Dyod

Olivia Droeshaut et Yves Dethier, vivent et travaillent à Bruxelles.

Depuis 2003, ils collaborent sous le label DYOD qui donne une identité propre aux images qu’ils créent ensemble. Photographes polyvalents, ils arpentent les chemins de nombreux secteurs photographiques en développant une œuvre très personnelle, témoin d’un univers sombre et ludique à la fois.

La quête de l’humain, dans son intimité et sa faiblesse, voilà ce qui les pousse à faire de la photographie de portrait leur domaine de prédilection, réalisant régulièrement des séries pour divers magazines belges et internationaux.

Retrouvez Dyod sur leur site internet / Facebook / Instagram

PALMARES

Expositions:
• 2004 « olympic attitude » – portraits des athlètes de la déléguation olympique belge – Centre Culturel Flagey – Bruxelles – Belgique
• 2006 « Wallonie, + de talents au km2″ – CWB – Paris – France
• 2011 « Wunderkammer Cabinet de curiosités contemporain » Botanique – Bruxelles – Belgique
• 2013 « Wunderkammer Cabinet de curiosités contemporain » Biennale de Venise
• 2013 « 4 photographers reframed » – Quincaillerie Vandereycken – Bruxelles
• 2014 – Affordable Art Fair – Tour & Taxis
• 2015 – Exposition collective Espace Saint-Bernard

Prix:
• Médaille de bronze aux Belgian Fuji Awards 2005
• Médaille de bronze aux pampa Awards 200 avec la campagne « Wallonie, + de talents au km2 »
• finalist Hasselblad Masters 2010 – catégorie Fashion

Olivia Droeshaut

Olivia Droeshaut – born in 1972 – lives in Brussels (Belgium)

“For Olivia Droeshaut, photography and life are inextricably linked. Cathartic, her work pushes her to transgress her own limits. Among the multitude of faces that she scrutinizes with cruelty and innocence, she faces her own demons”.

Olivia Droeshaut discovered photography during her journalism studies and developed particular interest in storytelling. Looking to broaden her horizons, she travelled to Latin America as part of a cooperative development project where she witnessed harsh social realities, interacting with people in their daily lives, understanding their challenges, their hopes. Upon her return, she attended the Brussels School of Photography and eventually joined Reporters Press Agency. In 2003, she began to colaborate with Yves Dethier and created the label DYOD to personify the photographic work they produce together.

With every photo, her creativity pushed her from covering stories to portraiture and staging. This universe requires assembling decor, clothing, faces and silhouettes to create a fairytale atmosphere. In parallel, she explores a more artistic approach allowing her imagination to run wild. This poignant reflection captures the essence of Olivia’s work. With strength and determination, she explores the depths of her inner world.

Her images depict characters captured between audaciousness and self-control, sensuality and anxiousness. Carefully constructed, her photos reveal themselves in several layers, each peeled away like the skin of a fruit. One has to consider the cast shadows, provocative, if not dark, humor in her images. The result is sensual and obsessive, controlled and unbridled at the same time.

Retrouvez Olivia Droeshaut sur son site internet / Instagram / Facebook

Xavier de Tiège

« L’art algorithmique […] est l’art, et plus précisément l’art visuel, dont la conception est générée par un algorithme. Les artistes algorithmiques sont parfois appelés algoristes. » (source Wikipedia)

Dès les années 60, des artistes ont commencé à utiliser l’outil informatique et la programmation pour produire des œuvres d’art. En 1995 Hébert & Verostko fondent le mouvement Art & Algorithms, et Hébert pose la définition de ce qui allait devenir ma passion 20 ans plus tard.

Ma démarche est avant tout expérimentale: je crée des algorithmes qui laissent une grande place au hasard, je les regarde évoluer, muter, je les peaufine et les chouchoute jusqu’à obtenir l’effet que je cherche. Le résultat est souvent surprenant, interpelant, questionnant. Parmi la profusion d’images générées, je sélectionne celle qui me parle le plus, celle qui me raconte une histoire.

Retrouvez Xavier de Tiège sur Instagram / Facebook

Pleinement accompli
Jour après jour, de notre premier à notre dernier souffle, à travers les méandres de la vie, nous accomplissons notre cycle. Il existe des êtres exceptionnels, dont le cycle laisse une trace indélébile sur tous ceux qui les ont connus. Des êtres dont le cycle, aussi court soit-il, est pleinement accompli…

Nadine Delrez

Nadine Delrez est née à Verviers (Belgique) en 1971.

En 2013, elle décide d’assumer sa passion et interrompt sa carrière professionnelle afin d’intégrer la section “photographie ” de l’ESA Saint-Luc de Liège, d’où elle sortira diplômée en 2016.

Durant son cursus scolaire, elle découvrira les techniques photographiques dites “alternatives”, auxquelles elle ne cesse de s’adonner depuis, avec une prédilection pour la gomme bichromatée en tri- voire en quadrichromie.

Ce procédé photographique “non argentique” consiste à mélanger de la gomme arabique, du bichromate de potassium dilué ainsi que des pigments naturels et de coucher le tout sur un support tel que le papier aquarelle, avant de l’insoler.

Avec cette technique, la liberté de création est quasi-totale, tout en étant aléatoire, voire parfois aussi, accidentelle.

Retrouvez Nadine Delrez sur son site internet / Facebook

L’album” est une émission portrait d’un invité présentée par Urbain Ortmans, Directeur de l’information.

Il est des parcours de vie où la passion d’une activité vous vient tardivement, avec d’autant plus de forces qu’il s’agit de combler un retard temporel. La Verviétoise Nadine Delrez est tombée il y a quatre ans dans le chaudron de la photographie, qui a fait l’effet sur elle d’une véritable potion magique. Nous découvrons son univers, très personnel, attentif aux autres et engagé dans notre époque…

Aenean accumsan Aliquam ipsum nec eleifend consequat. justo porta. facilisis ut