orpiment

François-Xavier Marciat

Né à  Namur en 1981, François-Xavier Marciat se passionne pour les arts depuis tout jeune, principalement l’image et la musique. Il expérimente diverses techniques durant son parcours scolaire, d’abord les arts plastiques, ensuite les arts graphiques et choisit la photographie pour terminer son cursus.
En 2005, il fonde son studio de webdesign et de graphisme afin de combiner ces différentes disciplines. Plusieurs de ses réalisations ont été publiées aux éditions Taschen et Agile Rabbit.

Après quelques projets musicaux et la création de visuels en tout genre pour de nombreux clients, c’est en 2016 qu’il revient avec un nouveau projet photographique personnel intitulé ‘’Somewhere in Europe’’.
En 2017, une partie des images extraites de cette série ont été exposées à Madrid lors de l’ouverture de la galerie RedWall.
En 2018, il sort un livre de photographies intitulé : B – “60 shots from Belgium with Love” où il y présente un regard sur le côté atypique et diversifié de la Belgique. Quelques images tirées de ce projet apparaissent notamment dans NOICE Magazine (USA).

On compare parfois son travail photographique à celui de Wes Anderson ou encore Andreas Gursky ou le couple Becher.

Retrouvez François-Xavier Marciat sur son site internet / Instagram

Mélanie Maquinay

Mélanie Maquinay : artiste plasticienne, originaire de Chaudfontaine en Belgique, née en 1978 et qui travaille essentiellement la peinture à l’huile, l’acrylique et le pastel.

Autodidacte en dessin et peinture, elle suit des formations et stages en atelier à l’adolescence. Elle entreprend ensuite une formation en Angleterre « BTEC Foundation year » à la Kent Institute of Art & Design qui lui permet de découvrir de multiples techniques (dessin, peinture, photo, sculpture, design, stylisme, gravure, etc) A l’issue de cette formation, elle entame à La Cambre, école supérieure d’Arts visuels de Bruxelles le cycle de 5 ans en stylisme et création de mode. En 2001, elle quitte Bruxelles pour la Californie, pleine de rêves, et suivant une formation complémentaire en «Visual media».

Son parcours professionnel l’amènera à travailler 15 ans en production audiovisuelle (cinéma et télévision) ainsi qu’en tant que journaliste de divertissement, puis chargée de communication, et chargée de projets dans l’organisation d’événements culturels (festivals de films, expositions, divers projets culturels…) 

Actuellement, freelance en décoration et aménagement d’espaces : customisations, seconde vie, créations de fresques murales, utilisation principale de meubles et objets chinés, de récup’. Alternant ses activités artistiques et la gestion de deux asbl (We are Curious et l’Association pour la Promotion du Cinéma à Liège). Sa préférence : les projets alliant art plastique, culture, émotions, événementiel et le tout dans le respect du zéro déchet ! Sentimentalement attachée aux objets et aux énergies de vie qu’ils véhiculent, elle collectionne les souvenirs empreints d’émotions. Artiste pluridisciplinaire, c’est sa curiosité insatiable la conduit à voyager et à tester différentes techniques. Mélanie se définit comme une grande rêveuse et une curieuse qui aime essayer des dizaines de nouvelles choses, parfois toutes en même temps.

Retrouvez Mélanie Maquinay sur son site internet / Facebook

PEINTURE
Un travail abstrait dans l’esprit des arts décoratifs, basé sur l’être humain, les émotions, le rêve. Les tableaux sont constitués de formes courbes et tracés aléatoires. Les personnages suggérés sont inspirés d’un réel mouvement humain, auxquel vient s’ajouter des lignes et des camaïeux de couleurs. Enigmatique, onirique, sa peinture évoque un monde imaginaire, dans lequel fusionnent l’humain, le végétal et l’objet. Ses mouvements d’inspiration préférés : les Arts Décoratifs, l’Art Déco, l’Art nouveau (sécession de Vienne), le Cubisme, Cobra et le Pop Art.

PEINTURE DIGITALE
Travail de motif et couleurs, incluant les outils numériques : des toiles abstraites aux motifs décoratifs et d’inspiration rétro. Un effet « fifties » aux contours précis. Un dessin original à main levée, gravé ensuite sur la toile à l’aide d’une laser permettant ainsi de réaliser des séries de sujets identiques à l’infini et sur différents supports. Les zones gravées sont néanmoins entièrement recoloriées à la main. 

TEXTILE 3D
Expérimentation en 3D de collages de vêtements. Jeu entre sculpture et peinture. On retrouve un esprit différent dans chaque pièce, entre les couleurs, les motifs et effets de plissé du textile rigide. Un vêtement qui porte une identité, un événement de vie, son histoire.

 

PALMARES

Expositions personnelles:
• Ventes privées bijoux, accessoires déco et peintures – rue de Tenbosch – Bruxelles 2004 à 2006
• Chapelle Saint Maur, Liège – 2005

• Galerie Prince de Condé, Spa – Aout & septembre 2015

• Tikis B’Art, Liège – Février, mars & avril 2017

• Salon de coiffure Vent d’Est, Liège – Avril & mai 2017
• Expo « We Are Curious » et lancement de l’asbl WAC, Chapelle Saint Maur – Avril 2017

• La Villa Sauvage, Verviers – Sept à Novembre 2017
• L’Arlecchino resto, Esneux – Mars 2018
• Smartworks ° Coworking, Liège – Avril 2018 à 2019

Expositions collectives:
• « Sélection XXIème », Galerie du Sablon – Bruxelles – 2006

• « Printemps des Arts Actuels » Galerie Futurart – Brux St-Gilles – 2007

• Expo de Noël – Villa/galerie privée – Beaufays Liège – Décembre 2011

• En résidence artistique « Camp d’Art » (Thuin) – Juillet 2012

• En résidence artistique « Camp d’Art » (Thuin) – Juillet 2013

• Festival « Autour de la Femme 2017 », Centre Culturel de Chênée – Mars 2017

• « Make Liege Great Again », Salle Article 23 – Liège – Juin 2017

Daniel Moline

Daniel Moline, né à Carlsbourg en 1948 est un peintre contemporain de figures et de portraits très colorés dans un style fortement graphique.

Après avoir suivi les ateliers de Luc Perot à Namur, il part vivre au Japon en 1973, travaille dans la décoration et ouvre son premier atelier à Nishiwaki en 1975. Devenu membre du Kokuten en 1981, il travaille avec le peintre Ryû Oda de Himeji et s’initie à la calligraphie avec le moine zen Tainin Yukimura à Shobara. En 1984, au concours Kansaï Kokuten à Kyoto, il expose à Himeji, Tokyo, Kyoto et Kobe, et poursuit son travail de synthèse à la recherche d’une expression où fusionneraient les arts d’Orient et d’Occident.

Si cette peinture à l’ambre, aux couleurs fortes, vibrantes, réverbérantes, porte bien les traces d’une calligraphie pratiquée chez les moines bouddhistes, elle se poursuit sous la contrainte des choses en transformant le naturalisme par le rapport complexe des couleurs et l’insistance de glacis de plus en plus fins jusqu’à la surréalisation du réel. Savante tout autant que nature, sa technique est celle de sa vision. Cherchant le diaphane, Moline utilise un minimum de matière et cherche la transparence pour traverser les lourdeurs du réel dans un au-delà de la figuration.

De retour en Belgique avec son épouse japonaise en 1990, le peintre installe son atelier à Spa. Il expose régulièrement à Bruxelles, à la galerie Montjoie puis chez «123…Art Now». Peu avant l’an 2000, il se lance dans des compositions abstraites à l’encre noire sur fonds blancs, des Gutta, taches et traces diverses directement corporelles, qu’il retravaille quotidiennement dans un va-et-vient continuel entre le regard et la main.

Il produit depuis 2010 des visages de femme et de grands nus à l’ambre sur fonds noirs. En 2017, il publie avec Jean-Marie Cambier 400 pages de réflexions sur l’art dans un livre intitulé A vin nouveau outres neuves! et commence la publication des journaux d’atelier qu’il n’a cessé de rédiger depuis son arrivée au Japon en 1973.
Télévesdre lui a consacré un album le 16 octobre 2017. (extrait de l’encyclopédie Wikipédia)

Retrouvez Daniel Moline sur son site internet / Facebook

L’album” est une émission portrait d’un invité présentée par Urbain Ortmans, Directeur de l’information

PRINCIPALES EXPOSITIONS DE PEINTURES ET ENCRES

2017
Galerie La louve, Arlon, Belgique
Galerie Nao, Verviers, Belgique
• 2007
Casino de Spa, Spa, Belgique
•2003
Manag’Art 2003, Bruxelles, Belgique
Galerie Rops, Namur, Belgique
• 2002
Manag’Art 2002 Bruxelles, Belgique
Galerie Anachronisme, Namur, Belgique
• 2001
“123…Art Now”, Bruxelles, Belgique
• 2000
“123…Art Now”, Bruxelles, Belgique
• 1999
Salon des ‘30, Abbaye Cistercienne du Val Saint-Lambert, Belgique
Galerie “Lez-Arts-Cachés”, Bruxelles, Belgique
“123…Art Now”, Bruxelles, Belgique
• 1998
“123…Art Now”, Bruxelles, Belgique
• 1997
“123…Art Now”, Bruxelles, Belgique
• 1996
“123…Art Now”, Bruxelles, Belgique
• 1995
“123…Art Now”, Bruxelles, Belgique

• 1994
8ème exposition florale organisée par la maison de la culture du Sud-Luxembourg, Arlon, Belgique
• 1993
Abbaye de Brogne “De la saignée au laser” Saint-Gérard, Namur, Belgique
• 1991
Galerie Montjoie, Bruxelles, Belgique
Artémos-91, Festival d’Art International de Bastogne, Belgique
• 1990
Galerie Portiko, Port-Island, Kobe, Japon
Musée International de la gravure, Machida, Tokyo, Japon
• 1989
Galerie Montjoie, Bruxelles, Belgique
Festival d’Europalia-Japon, Belgique (avec le danseur Shiro Daïmon et le calligraphe Yukimira Tainin)
LINEART, Gent, Belgique
• 1987
Galerie Montjoie, Bruxelles, Belgique
LINEART, Gent, Belgique
• 1985
Galerie Fettweis, Jalhay, Belgique
• 1984
Musée de Tokyo (Parc d’Ueno), Japon
• 1983
Musée d’Art Moderne de Himeji, Japon
• 1982
Musée municipal de Kyoto, Japon

Vincent Michel

A force de parcourir par monts et par vaux la nature environnante, en dehors des sentiers battus, j’ai voulu faire partager ces moments de bonheur avec mon petit appareil photo. Aux détours des chemins, de plus en plus mon regard est attiré par les traces et les vestiges du passé. Je me rends compte rapidement que j’ai besoin d’un matériel photo plus performant et c’est le début d’une grande passion pour l’exploration urbaine. Ce qui au départ s’apparente à une chasse au trésor, à des expéditions sportives à fortes poussées d’adrénaline se transforme au cours du temps en démarche artistique.

Complètement autodidacte, je me perfectionne aux techniques photos spécifiques et je dirige mon regard vers l’aspect poétique des friches. Il est émouvant et fascinant d’observer comment la nature parvient à se réapproprier l’espace qui lui avait été volé par les constructions humaines. Je m’efforce donc à mettre en valeur la rouille, la poussière, les toiles d’araignées et toutes les formes de dépérissement, jusqu’à peut-être les sublimer…

Depuis me voici, dès que mes occupations me le permettent, sur la route à la recherche de « spots» les plus « decay » et les plus originaux possibles. Je me transforme en « Time capsule hunter » !

Retrouvez Vincent Michel sur son site internet / Instagram / Facebook

mattis mi, elit. Aenean Praesent libero. Donec ipsum commodo consequat.