orpiment

Caprice

Dans mes nouvelles séries, une recherche plus approfondie est proposée au niveau de la texture et de la couleur. L’harmonie et l’équilibre ne sont plus mes mots d’ordre. Je veux laisser aller mes envies et varier les thèmes. La recherche avant la création est une étape cruciale. Pouvoir m’imprégner dans la musique, remettre en place les idées et tester quelques couleurs afin de bousculer l’ordre des choses. En conclusion, me mettre en difficulté pour dépasser mes limites.

Secret garden

C’est un jardin exubérant
où la couleur vibre
et danse sans retenue
les jupons de sa robe
se soulèvent au rythme de ses pas…

Chromozoïds

Chromozoïds sont un mix de snapshots et de transe. Chaque Chromozoïd est une photographie et une surprise extraite d’un flux incontrolé  de mouvements imprévisibles et constants. Ils se figent, gelés par le clic de mon appareil photo. Mais je préfére croire qu’ils  voient le jour à la confluence la spontaneité et de la contemplation.

Mood shape

Mon art, c’est celui du doute et l’incertitude de son importance ou de son inutilité. Là où le bien et le mal se mélangent pour former un constat, qui n’est jamais qu’une vision «dite» à un instant donné.

La mémoire des silhouettes

On retrouve ce sens du mouvement dans les bases de ses tableaux abstraits, à travers les contours et les courbes humaines. Le reste n’est qu’imagination, formes géométriques tracées main, aléatoires et très colorées. Ses mouvements préférés : les Arts Décoratifs, l’Art Déco, l’Art nouveau (sécession de Vienne), le Cubisme, Cobra et le Pop Art.

Algorisme

Pas de crayons, pas de pinceaux. Juste un écran en guise de toile et des centaines de lignes de code pour y créer le mouvement, la vie. Mes algorithmes génèrent des mondes fascinants, changeants parfois étranges parfois familiers. Tantôt calmes et lumineux, certains légers et doux, d’autres sombres et torturés. Je m’y promène, j’explore ces univers et y capture des instantanés comme autant d’émotions à partager.

Fragments d’expositions

Produite à partir du corps humain au plus près de ses sensations, la peinture peut faire de la vie quelque chose de vertigineux.
Cela relève de quelque chose en nous qui est insaisissable et sans limites précises.
Comprendre passe d’abord par se laisser prendre. On ne sépare pas un homme de ses affects, de ses empathies et de ses souvenirs.
Toute hypothèse en ce domaine peut être remise en question, modifiée et développée un jour par des expériences inattendues, des intuitions,
ou tout simplement le temps duplice qui fait en chacun de nous son œuvre.

Gold Peppers

“Mon souci premier est la forme visuelle. Le sens de ce qu’elle représente peut être déduit par après – par ceux qui en ont besoin.” [Jasper Johns]

non eleifend elit. id, mattis adipiscing