orpiment

Interview // Stef Rymenants

Voyage au cœur du surréalisme belge contemporain!

Orpiment: Peux-tu te présenter brièvement?

Stef Rymenants: Je suis le Flamand d’Orpiment, haha. I am born in the most northern part of Belgium, close to the border with The Netherlands. I studied in Ghent and moved to Brussels 30 years ago. You may say that I became a “Brusseleir“.
After studying Graphic Design, I started working in advertising. The business collapsed during the financial crisis. In 2011 I decided to go for what I really wanted to do all my life and started a career as an artist. I am quite a “late bloomer” in art.

Je suis le Flamand d’Orpiment, haha. Je suis né dans la partie la plus au nord de la Belgique, juste à côté de la frontière hollandaise. J’ai étudié à Gand et ai déménagé à Bruxelles il y a 30 ans. On peut dire que je suis devenu un « Brusseleir ».
Après des études d’Arts Graphiques, j’ai commencé à travailler dans la publicité. Le secteur s’est effondré durant la crise financière de 2008. En 2011, j’ai décidé d’aller vers ce que j’avais toujours voulu faire et ai démarré une carrière d’artiste. Je suis ce que l’on pourrait appeler un artiste « sur le tard».

O.: Sur notre plateforme tu as deux univers utilisant des techniques extrèmement différentes. Est-ce habituel pour toi davoir plusieurs façons de travailler?

S.R.: The techniques do differ indeed, but you will recognize the same subjects, subtle absurdism and surrealism. I love inventing and drawing my own ideas and like to switch to assembling existing pictures in my collages. I often think to take up some real painting with oil or acrylics, but for me, working in front of a computer screen is familiar and comforting. And you don’t have to clean up a sticky mess afterwards. 😉

Les techniques sont effectivement différentes, mais vous pourrez y reconnaître les mêmes sujets, surréalisme et subtile absurdité. J’adore inventer et dessiner mes propres idées et aime passer à l’ajout d’images existantes dans mes collages. Je pense souvent à me mettre à la peinture à l’huile ou à l’acrylique mais, pour moi, travailler devant un écran d’ordinateur est familier et rassurant. Et il n’y a pas besoin de nettoyer après 😉

CD_20200227-atelier SR La Roche-8118-web
orpiment-fine-art-stef-rymenants-spring-cleaning-40x50-collages
orpiment-fine-art-stef-rymenants-mermaid-in-LBD-dessins
CD_20200227-atelier SR La Roche-8118-web
CD_20200227-atelier SR La Roche-8118-web

O.: Tu as fait une longue carrière dans le graphisme et la publicité. Penses-tu que cela a façonné ta façon de créer?

S. R.: I learned to work with software like Photoshop and Illustrator. I still use them to create my art. I am also trained to think in concepts and ideas. Storytelling plays a leading role in my work. When nothing is happening in one of my images, it’s not complete to me.

J’ai appris à travailler avec des programmes comme Illustrator ou Photoshop. Je les utilise toujours pour créer mes œuvres. Je suis aussi habitué à penser en termes de concepts et d’idées. Le storytelling joue un rôle majeur dans mes œuvres. Quand rien ne se passe dans une de mes œuvres, elle me paraît incomplète.

O.: Toutes tes œuvres sont accompagnées dun poème. Peux-tu nous en dire plus?

S. R.: After I stopped as an art director and graphic designer, I had a sense of urgency, regarding my age, to start creating art. As we all know, the only way to make this happen is by working hard and regularly. To push myself and to avoid endless procrastination, I started a blog: “A drawing a day”. I really posted a new drawing every single day. My wife Hilde wrote remarks at the comments section and after a while her comments became poems. We showed both the artwork and the poems at an exhibition and noticed that visitors first looked at the image, then read the text, and afterwards studied the image again with a renewed interest. The poems can take you by the hand and lead you through the matching images with a new perspective.

Après la fin de mon travail de directeur artistique et graphiste, j’ai ressenti un sentiment d’urgence, vu mon âge, vis-à-vis de la création artistique. Comme nous le savons tous, la seule façon de réaliser quelque chose est de travailler dur et régulièrement. Pour me pousser et pour éviter une procrastination sans fin, j’ai démarré un blog : « Un dessin par jour ». J’y ai vraiment publié un nouveau dessin chaque jour. Ma femme, Hilde, écrivait quelques remarques dans les commentaires et, après un certain temps, ses remarques sont devenues des poèmes. Nous avons exposé les œuvres et les poèmes ensemble et avons remarqué que les visiteurs regardaient d’abord l’œuvre puis lisaient le texte et repassaient ensuite sur l’œuvre avec un intérêt nouveau. Les poèmes peuvent vous prendre par la main et vous amener à l’œuvre associée avec une nouvelle perspective.

O.: Quand as-tu su que tu deviendrais artiste ?

S. R.: I always thought that I would be an artist in one way or another. As a child, I was drawing all the time and in my working life, I had to be creative as well. But strangely, it took me 25 years to start a career as an independent artist after all.

J’ai toujours su que, d’une façon ou d’une autre, je serais artiste. Enfant, je dessinais tout le temps et dans ma vie professionnelle je devais être créatif également. Mais bizarrement, il m’aura fallu 25 ans pour démarrer une carrière d’artiste indépendant.

O.: Tu as une baguette magique et tu peux convier 2 artistes à ta table ce soir, qui seraient-ils ?

S. R.: The first one would be the painter of the pictures in the Altamira caves. How did he or she practice? How is it possible to draw those animals so real in a few lines? The second would be Piet Mondriaan. I would send a third invitation to Tamara De Lempicka, in case one of the first two should be unavailable.

Le premier serait l’auteur des dessins de la grotte d’Altamira. Comment a-t-il ou elle pu s’entraîner ? Comment est-il possible de dessiner ces animaux de manière si réaliste avec si peu de traits ? Le deuxième serait Piet Mondrian. J’enverrais une troisième invitation à Tamara De Lempicka, au cas où un des deux autres ne serait pas disponible.

O.: À quoi ressemble ton espace de travail ?

S. R.: I do have two desks, one downstairs and one upstairs. When one desk is a total mess, I move to the other one. After cleaning up, I promise myself to keep things tidy but soon it’s chaos again. There are pens, pencils, paper, magazines, books, computers and a Wacom drawing pad all over the place. I lose a lot of time searching for things. I don’t need a room with a view. It rather distracts me. I could draw in the cellar if necessary.

J’ai deux bureaux, un en bas et un à l’étage. Quand le premier devient un désordre complet, je me déplace vers le deuxième. Après rangement, je me promets de garder les choses bien en ordre mais le chaos revient très rapidement. Il y a des bics, des crayons, du papier, des magazines, des livres, des ordinateurs et une tablette Wacom dispersés un peu partout. Je perds beaucoup de temps à chercher ce dont j’ai besoin. Je n’ai pas besoin d’une pièce avec fenêtre. Cela a plutôt tendance à me distraire. Je pourrais dessiner dans la cave si nécessaire.

O.: As-tu des rituels au studio ou à latelier ? 

S. R.: I walk a lot to the coffee machine in the kitchen and I always work with music in the background. Thank you Spotify to brighten up my working days! I discovered so many artists. My absolute favorites these days are Anderson .Paak, Robert Glasper, Snarky Puppy and The Internet. When I’m out of inspiration, I start ironing clothes. When even that doesn’t help, I take a little nap.

Je marche beaucoup jusqu’à la machine à café dans la cuisine et je travaille toujours avec de la musique en fond sonore. Merci Spotify d’illuminer mes journées de travail ! J’ai découvert tellement d’artistes. Mes préférés ces jours-ci sont Anderson .Paak, Robert Glasper, Snarky Puppy and The Internet. Quand je manque d’inspiration, je repasse des vêtements. Quand même ça ne m’aide pas, je fais une sieste.

O.: Quand sais-tu ou décides-tu quune œuvre est terminée?

 S. R.: Ah, that is a difficult question. I have the tendency to keep on working and retouching. But when in doubt, the best solution is putting everything on hold and taking a fresh look at the artwork the next day.
When I post older work on Instagram, I often can’t resist to make some corrections: slightly changing the colors, redrawing small parts or fixing some loose ends.

Ah, c’est une question difficile. J’ai tendance à continuer à travailler ou retoucher. Mais, quand le doute s’installe, la meilleure chose à faire est de mettre le tout en attente et d’y revenir avec un regard neuf le lendemain.
Quand je publie des œuvres plus anciennes sur Instagram je ne peux souvent pas résister à l’envie de faire quelques modifications : changer légèrement les couleurs, redessiner de petites parties de l’œuvre ou réparer quelques lacunes.

CD_20200227-atelier SR La Roche-8118-web
CD_20200227-atelier SR La Roche-8118-web

O.: Quaimes-tu faire pour te relaxer après une journée de travail?

S. R.: We like to go for an evening walk in our hometown Evere. There are a lot of green spaces in our neighbourhood. A hidden treasure is the old cemetery of Brussels (oui, c’est à Evere). It’s our own “petit Père-Lachaise”. A really beautiful scenery with very impressive tombs and elegant old trees.

Nous aimons faire une promenade en soirée dans notre ville, Evere. Il y a beaucoup d’espaces verts dans notre quartier. Un trésor caché est le vieux cimetière de Bruxelles (oui, c’est à Evere). C’est notre propre “petit Père Lachaise”. Un très beau paysage avec des tombeaux très impressionnants et de vieux arbres majestueux.

CD_20200227-atelier SR La Roche-8118-web
CD_20200227-atelier SR La Roche-8118-web
CD_20200227-atelier SR La Roche-8118-web
CD_20200227-atelier SR La Roche-8118-web
CD_20200227-atelier SR La Roche-8118-web

O.: Tu te souviens de ta première création?

S. R.: When I was 12, my mother gave me an oil painting beginners set. The first painting I made was an owl. I ‘m still drawing birds, although they might drink coffee or smoke cigars, nowadays.

Quand j’avais douze ans, ma mère m’a offert un kit de peinture à l’huile pour débutant. La première peinture fut celle d’un hibou. Je dessine toujours des oiseaux même si vous les verrez maintenant plus souvent boire du café et fumer des cigares.

O.: Tu es plutôt ville ou campagne et en quoi cela contribue-t-il (ou pas) à ton travail artistique?

S. R.: Hilde and I have always been city lovers. To escape the hustle and bustle, we went several times on nature trips to Sweden, England, Scotland and Wales. We really enjoyed being in the middle of nowhere… But after a day or two we found ourselves heading for a city again! We like bookshops, museums and watching people on the move. At the seaside in Belgium we prefer Ostend, because it’s a bit like “Brussels by the Sea”!

Hilde et moi avons toujours été des amoureux de la ville. Pour échapper au remue-ménage citadin, nous avons fait plusieurs voyages «nature» en Suède, Angleterre, Ecosse et au Pays de Galles. Nous avons vraiment apprécié être au milieu de nulle part… Mais après un jour ou deux, nous nous retrouvions en route pour une ville! Nous aimons les librairies, les musées et regarder les gens en mouvement. A la côte belge, nous préférons Ostende, c’est un peu comme «Bruxelles-plage»!

orpiment-fine-art-stef-rymenants-pan-retired-dessins

O.: Quelle heure de la journée préfères-tu ?

S. R.: I’m definitely a morning person. By dawn, I can work focused. In the afternoon I have to take a break. And I am completely useless in the evening.

Je suis vraiment du matin. A l’aube, je travaille concentré. Dans l’après-midi, je dois faire une pause. Et je suis totalement inutile le soir.

O.: Quels sont les artistes qui ont compté au cours de ton éducation artistique?

S. R.: I learned a lot of Willy Vandersteen and Franquin. To me they are “real artists”. As a child I was always reading, rereading and analyzing in detail comics like Bob et Bobette, Gaston Lagaffe et Spirou. I never liked Tintin for some reason. Too much text I suppose. 😉 The artistic revelation in my teen years was Tarzan by Russ Manning. Wow! He knew how to draw characters and animals in a very cool way. I still like his work. Later on I was in awe of the Belgian symbolists Fernand Khnopff and Leon Spilliaert, and by the Dutch painter Jan Toorop. Now I am particularly inspired by medieval art and stained glass in churches and cathedrals. And to grab the inspiration of the moment, I always carry a sketch book with me.

J’ai beaucoup appris de Willy Vandersteen et Franquin. Pour moi, ce sont de « vrais artistes ». Enfant, je lisais, relisais et analysais des bandes-dessinées comme Bob et Bobette, Gaston Lagaffe et Spirou. Je n’ai jamais trop aimé Tintin, trop de textes je suppose 😉 La révélation artistique de mes années d’adolescent fut Tarzan de Russ Manning. Wow ! Il savait dessiner les personnages et les animaux d’une façon super cool. J’aime toujours son travail. Plus tard, j’étais en admiration devant le travail artistique des symbolistes belges Fernand Khnopff et Leon Spilliaert, et celui du peintre hollandais Jan Toorop. Maintenant, je suis particulièrement inspiré par l’art Moyen-âgeux et le travail des vitraux dans les églises et les cathédrales. Et, pour capturer l’inspiration du moment, j’ai toujours un carnet de croquis sur moi.

Merci à Stef Rymenants pour ce partage autour de son travail!
Découvrez sa sélection en vente sur notre plateforme: www.orpiment.be/univers/des-curiosites-dans-le-quotidien/ et www.orpiment.be/univers/playfull-surrealism/

orpiment-fine-art-stef-rymenants-addicts-dessins
orpiment-fine-art-stef-rymenants-the-masterplan-40x50-collages