orpiment

Interview // Vic Jobé

A la recherche de l'équilibre...

Orpiment: Peux-tu te présenter brièvement?

Vic Jobé: Je m’appelle Vic Jobé. Je vis, travaille et ai fait mes études à Liège et à Turin en Italie dans les arts plastiques. Principalement dans la peinture, toutes techniques confondues, j’explore tout ce qui touche à l’art.

O.: Que ce soit au niveau du style ou de la technique, tu mélanges le classique et le moderne, l’ancien et le nouveau. Peux-tu nous expliquer pourquoi?

V.J.: J’aime pouvoir mettre en application le côté technique plus travaillé comme les « glacis » (technique à l’huile) et un côté plus contemporain / libre qui me plaît énormément. J’ai besoin de cet équilibre, sinon, je m’ennuie à faire uniquement du figuratif ou de l’abstrait.

O.: Dans une de tes dernières œuvres (Le Martyr), tu ajoutes même des néons. Quelle en est la signification?

V.J.: Dans l’œuvre originale du Martyr de Rubens, Saint-Sébastien a des flèches plantées dans le corps. Pour le côté plus contemporain, j’ai voulu remplacer les flèches de l’œuvre originale par des néons. Le but étant d’attirer l’attention sur ce détail, mais aussi d’avoir un rendu original afin de m’approprier cette œuvre totalement.

O.: Les représentations humaines de tes peintures sont très réalistes. Est-ce un choix de technique volontaire ou naturel?

V.J.: C’est un choix technique volontaire. Mon but est de pousser au plus loin l’aspect réaliste des portraits que je peins. Sans pour autant passer dans l’hyperréalisme…

O.: Sur Orpiment, tu présentes des œuvres totalement abstraites et d’autres tirant plus vers le portrait. Quelle est la démarche avec laquelle tu te sens le plus en harmonie?

V.J.: Cela dépend des périodes. Par moment, je vais me sentir dans un mood où j’ai juste envie de partir dans la recherche de couleurs, donc plus abstraite. Et d’autres où je vais vouloir m’attarder sur un portrait et pousser la technique à son max. Les deux me conviennent parfaitement.

O.: Où puises-tu ton inspiration?

V.J.: Je m’inspire un peu partout! Dans la musique, dans la mode, en vacances… C’est comme une petite graine: un début d’idée, qui va grandir au fur et à mesure de la journée. En général je note sur des bouts de papier (que je finis toujours par perdre) et je rajoute, je modifie puis je me lance sur la toile. Mais jamais une idée de base ne termine telle quelle sur la toile.

O.: Quels sont les thèmes majeurs que tu explores dans ton travail?

V.J.: Pour le moment, j’explore beaucoup la couleur des néons, mais aussi le reflet. J’incorpore des miroirs dans mes œuvres. Mon but est que le public puisse s’identifier, se voir dans la toile. Voir son propre reflet incite la personne à se mettre à ma place de peintre.

O.: Quelle est, selon toi, ta singularité?

V.J.: Pouvoir évoluer constamment de série en série, pousser la recherche de technique et de supports toujours plus loin. Je n’aime pas rester sur le même sujet durant des années. Je pense que c’est ça, ma singularité.

O.: Quelle heure de la journée préfères-tu ?

V.J.: J’adore le matin, me dire qu’il est tôt me laisse le temps de faire plein de choses et surtout de prendre le temps de les faire.

O.: Quelle est la première chose que tu fais au réveil?

V.J.: Pour le moment, je mets ma main sur le ventre de mon petit Bibi (c’est comme ça que j’appelle ma compagne) pour sentir bouger mon fils.

O.: Quel fut ton premier contact avec l’art?

V.J.: Je ne sais plus à quel âge, mais probablement vers les 8 ans. Ma grand-mère peignait beaucoup, j’ai donc été initié assez tôt à l’acrylique.

O.: Quand sais-tu ou décides-tu qu’une œuvre est terminée?

V.J.: On ne le sait jamais… c’est là la difficulté! Lors d’un portrait, on pourrait ne jamais s’arrêter. Le souci du détail, ça a ses avantages et ses inconvénients.

O.: Qu’aimes-tu faire pour te relaxer après une journée de travail?

V.J.: Du sport! La seule chose qui me permette de me vider la tête.

O.: Quel est ton artiste favori en ce moment, pourquoi?

V.J.: Comme toujours, je suis perpétuellement dans la recherche, donc mes inspirations changent. L’artiste qui m’inspire beaucoup pour le moment est Dan Flavin.

Merci à Vic Jobé pour ce partage autour de son travail!
Découvrez sa sélection en vente sur notre plateforme: www.orpiment.be/univers/caprice/

orpiment-fineart-vic-jobe-rouge-peinture-40x45-70x80