orpiment

Ces petits chemins qui sentent si bon…

Alain Godefroid

Quand mon père nous emmenait en été dans les Alpes, il ne manquait jamais de nous aligner en rang d’oignons, Maman, mon petit frère et moi pour nous demander d’inspirer profondément le bon air des montagnes. C’est lui qui m’a inculqué le goût des voyages, de la marche et qui m’a appris à renifler les parfums de la terre. Aujourd’hui, en ces jours d’enfermement forcé dans Bruxelles, le souvenir de mes voyages me reviennent avec une grande vivacité. Et plus particulièrement leurs parfums. Que ce soit l’air de mes Alpes, l’iode de mon Plat Pays ou les fumets de ferme de mes Ardennes, tous me manquent terriblement. Née en plein confinement, cette série de peintures digitales est ma réaction spontanée à notre nouvelle condition de prisonniers. Chacun de ces paysages est le fruit de mon imagination et de souvenirs idéalisés de mes périples. Répondre à l’isolement par mon art graphique et par mes rêves, et vous offrir une bouffée d’air frais quelque peu gourmand, c’est peut-être un voeu pieux mais c’est pourtant mon vœu le plus cher. Inspirée d’une vieille chanson interprétée par Mireille, une chanteuse que les moins de quarante ans ne peuvent pas connaître, et intitulée « ce petit chemin », voici cette série fraîchement peinte.

Explorez des univers similaires :

leo ante. felis in ipsum efficitur.